Pour connaître toute la programmation, les actualités, les surprises
inscrivez-vous à notre newsletter :

Merci !
Votre adresse a bien été enregistrée. A bientôt !

Une erreur est survenue.
Merci de réessayer ultérieurement.

Agenda1
Menu
Agenda

3 questions à Mathias Val, Monsieur Loyal des battles des Fanfaronnades

Festival de fanfares né de l’esprit des musiciens du GrandMACHINchose et des habitants du village de Trentemoult, Les Fanfaronnades sont un rendez-vous biennal immanquable pour tout fanfaron de la région qui se respecte. Cette année, vingt-huit formations de France et d’ailleurs se réunissent du 17 au 19 mai à Transfert pour la neuvième édition des Fanfaronnades ! Mathias Val, le Monsieur Loyal des battles de fanfares, donne quelques détails sur l’événement :

Transfert : Les Fanfaronnades c’est un événement unique en son genre dans la métropole nantaise. Comment est née l’envie de créer un festival de fanfares ?

Mathias Val : Tout débute avec le GrandMACHINchose, fanfare créée en 2001 et composée principalement de musiciens rezéens, débutants ou aguerris. En 2002, elle est invitée aux rencontres « Vents de Folie » à Paimpol par la Fanfar’ô Pruneaux, et là, c’est la révélation ! L’expérience musicale est totale et l’envie d’inventer un petit festival sur les bords de Loire avec les habitants de Trentemoult naît dans les esprits des « roses » ; le surnom du « GrandMACHINchose » car il s’habille en rose. C’est anodin aujourd’hui, mais à l’époque, cette couleur est presque l’expression d’une « rebellitude » joviale. En 2004 naissent les premières Fanfaronnades de Trentemoult et quinze ans plus tard, nous fêtons la 9ème édition.

Le festival se veut porteur d’une éthique forte. La gratuité des spectacles et le bénévolat sont la base du fonctionnement des Fanfaronnades, qui dès le début ont fait le pari de refuser toute inscription dans une démarche commerciale. L’organisation du festival est concoctée par une équipe à 100% bénévole. Musiciens, régisseurs, barmen, monteurs… Chacun apporte généreusement son savoir-faire pour contribuer à la réussite de cet événement à taille humaine. C’est grâce à la synergie de nombreuses volontés que la manifestation garde ainsi son esprit populaire, avec cette touche de fait-maison si caractéristique des manifestations de quartier. 

T : Au total, vingt-huit fanfares des quatre coins de la France, du Royaume-Uni et d’Italie seront présentes à Transfert. Comment pourrait-on qualifier la couleur de la programmation 2019 ?

M.V. : Elle très bigarrée et assurément festive et joviale. Loin des répertoires traditionnels ou folkloriques (certains le regretteront peut-être), ceux des fanfares invitées donnent beaucoup dans la reprise, le pastiche, la dérision et la déclinaison à faire pâlir d’envie les musiques originales. Mais attention, on n’est pas non plus dans la gaudriole bon marché ! Les arrangements musicaux sont soignés. Il y a de vrais esthètes chez les musiciens ; quoique, pas toujours. Punk ou dandy, tu trouveras ta fanfare ! Et c’est justement ça le charme des Fanfaronnades, un mélange de couleurs et de styles (rock, pop, dancefloor, balkan, jazz, chanson, latino, etc.) et de couleurs. Car chaque fanfare porte une couleur, au sens propre comme au figuré, les formations sont aussi belles à voir qu’à écouter.

Les critères de programmation des fanfares ? Pots de vin, coucheries et trahisons, c’est bien connu. Game of Thrones n’a qu’à bien se tenir. Non, on fonctionne très simplement par invitation libre. Tout le monde peut candidater. La sélection se fait essentiellement sur les critères musicaux. On tente de varier les styles, les effectifs, les couleurs musicales, les générations, les français et étrangers, d’inviter ceux qu’on ne connaît pas, ou ceux qui nous ont invités. Il y a un côté « grande famille ». Les Fanfaronnades de cette année sont plus importantes, la programmation y est plus dense, plus riche. C’est un pari. Les fanfares sont néanmoins toutes amatrices, même si certaines ont un gros niveau avec des intermittents au sein des formations. Mais aucune fanfare n’est rémunérée. C’est le principe du rapport non-marchand avec les musiciens.

T : Quel est ton rôle en tant que Monsieur Loyal des Fanfaronnades ?

M.V. : Le Monsieur Loyal, c’est le type qui est garant du bon déroulement des battles, c’est lui qui explique au public et aux fanfares les épreuves dans lesquelles il les embarque. C’est un type fourbe et cabotin, mais au grand cœur quand même. Il est accompagné par son acolyte Pinky Croco, mutant muet mais à l’ouïe extrêmement développée. C’est lui qui mesure le niveau des applaudissements du public et qui désigne le gagnant. Il est incorruptible contrairement au Loyal. L’idée des battles est de confronter deux fanfares dans de terribles épreuves absurdes où tous les coups sont permis. Koh-Lanta à côté, c’est de la soupe insipide.

Parmi les autres moments à ne pas louper des Fanfaronnades, je pense au flashmob géant du samedi joué par certaines fanfares et dansé par toutes les autres et le public. Un tutoriel vidéo est en ligne sur le site des Fanfaronnades avec les quelques gestes à apprendre. À ne pas rater également : le beau « lâcher de fanfares » dans les ruelles de Trentemoult le samedi après-midi. Côté programmation, si vous voulez du gros niveau je vous encourage à écouter les Vilains Chicots, les décadents-drôles Ambling Band de Bristol, les militants engagés de la Titubanda et les jeunes Irréductibles. J’entends déjà mes potes qui sont pas d’accord.
Transfert, c’est un pari et une vraie envie. Avec son côté Burning Man, un peu déglingué et esthétique, ce formidable site semble avoir été pensé pour accueillir les Fanfaronnades ! Le festival c’est 600 musiciens, 80 concerts sur 3 scènes pendant 3 jours ! Il ne manque plus que l’amour et l’eau fraîche et c’est Woodstock à Rezé.

Apprenez les mouvements et brillez de mille feux au flashmob des Fanfaronnades !

Programmation des Fanfaronnades à Transfert : vendredi 17, samedi 18, dimanche 19 mai.

Photos : Chama Chereau / DR

Publié le 2 mai 2019